Bien choisir son parquet, ce n’est pas qu’affaire de goût.

Le 27 septembre 2017

“ Il faut réaliser un savant mélange entre goûts, contraintes et budget. „

De nombreux critères sont à prendre en considération avant de se lancer dans l’aventure. Julien Chauveau-Ligen, menuisier agenceur, répond à nos interrogations :

Quels sont les paramètres à prendre en compte pour le choix des matériaux ?
Il faut réaliser un savant mélange entre goûts, contraintes et budget.

Le basique, c’est le stratifié en pose flottante avec une sous-couche phonique. La mise en œuvre est facile et rapide, le matériau peu coûteux. Mais ce n’est pas du « vrai bois ». Le contre collé est un parement de vrai bois sur lamellé bois avec pose flottante ou collée. L’avantage du contre collé par rapport au massif, c’est qu’il est moins cher et qu’il travaille moins. Il supporte aussi mieux les planchers chauffants.

Pour les parquets massifs, ils doivent être cloués - méthode traditionnelle peu utilisée aujourd’hui - ou collés car le bois plein travaille plus et ne convient donc pas à la pose flottante. La pose collée apporte un grand confort et n’induit aucune résonance. Le budget à prévoir est plus élevé pour le matériau, la colle et la pose qui est plus délicate et plus longue.

Comment choisir son bois massif ?

Beaucoup d’essences sont proposées, c’est l’esthétisme qui prévaut, mais pas sans tenir compte des contraintes. En France, le chêne plait beaucoup par sa couleur et sa résistance, par tradition aussi. On trouve également le hêtre (brun clair), le châtaignier (doré), le merisier (rouge), le palissandre (brun). Les bois exotiques sont de plus en plus à la mode, avec des nuances de couleurs chaudes intéressantes.

Le bambou naturel, très clairs, agrandira votre pièce. Ces bois se comportent très bien en milieu humide et conviennent aux extérieurs et salles de bain : tek, jatoba, ipé, doussié, wengé, padouk, entre autres... Après traitement, les bois européens donnent aussi de bons résultats : pin maritime, épicéa, frêne... Pour les zones de passage fréquent, on recommandera un bois dur.

Les bois peuvent aussi être travaillés pour modifier leurs caractéristiques : le brossage intensifie le veinage et donne du relief pour un aspect plus structuré. Les bois peuvent aussi être teintés.

Comment choisir le type de traitement pour son parquet?
On choisit en fonction de l’aspect et de l’entretien. Huilé, le parquet garde un aspect bois très naturel. Il faut repasser une couche d’huile chaque année. Les micro rayures disparaissent.

Vernis, c’est le traitement le plus résistant. Mais en cas de rayures, il faut tout poncer et revernir. En fonction de l’usage et du passage, prévoir de refaire les vernis tous les 7 ou 8 ans. Ils se déclinent en version mate, satin ou brillante.

Ciré, c’est le parquet de nos grand-mères ! Prévoyez beaucoup de temps, de patience et d’énergie...

Un petit conseil ?

Ne pas choisir un parquet 1er choix, sans nœud et trop lisse qui vous catastrophera au premier impact. Un parquet un peu rustique ou vieilli supporte bien les impacts et en tire même un certain charme.

Julien Chauveau-Ligen
AGENCEMENT D’UNIVERS à Blain
Menuisier- agenceur en Loire-Atlantique
Contact : 06 14 44 48 48

Partagez cet article sur vos réseaux :