Métamorphose

Le 12 septembre 2017

Photos : Cécile Langlois Textes : Sandrine Lefebvre Camus
Un reportage du magazine Rêves d'Intérieurs Loire Atlantique #9 - Edition 2013

 

Une pincée d’ingéniosité, une bonne dose de patience et un max d’huile de coude ont permis à Muriel et Nicolas de réaliser leur rêve de maison en ville avec jardin. Ils ont, pendant huit ans, entièrement transformé un ancien logement d’ouvriers des années 20.

En 2003, Muriel et Nicolas quittent leur superbe appartement situé dans un immeuble classé du centre-ville de Nantes, pour emménager dans leur coup de cœur d’une commune voisine. Au bout d’une quarantaine de visites, une ancienne maison d’ouvriers des années 20, « habitable mais vendue dans son jus pour 130 000 euros », réunissait enfin tous leurs critères.
Pendant huit ans - et l’arrivée de deux filles à trois ans d’intervalle -, ils ont tout refait eux-mêmes : électricité, plomberie, aménagement de la cuisine, sols, ajouts d’étages... jusqu’au coffrage de la cheminée, pour ne garder que la toiture et les murs.

 

Ayant vu tous deux leurs parents rénover leurs maisons d’enfance, Muriel et Nicolas ne se sont jamais sentis effrayés, bien au contraire. « Même s’il y avait des choses difficiles, physiquement et/ou techniquement, nous avons bien aimé tout faire nous-mêmes et nous n’y avons jamais sacrifié nos week-ends », raconte Muriel.

Maquette de la maison

Créatifs, ils se sont amusés à construire une maquette de leur maison en carton - avec des petits personnages les représentant - pour voir s’ils avaient la place de créer leur coin nuit en étage. La maison d’origine étant initialement constituée de deux habitations reliées par une véranda, ils ont pu installer et déplacer leurs pièces de vie à l’abri du chantier et des poussières, qui ont envahi l’actuel lieu de vie principal jusqu’à l’été 2012. La plus petite des habitations est, elle, devenue “la maison des enfants”, regroupant une salle de jeux et les chambres des filles, grâce à l’ajout d’un étage.

Récup’ et souvenirs

Au total, la rénovation “faite maison” de Muriel et Nicolas a coûté 25 à 30000 € (chaudière incluse), en partie grâce à leurs nombreuses intégrations de matériaux ou d’objets de récupération, y compris en décoration.

La trappe de la cave, située dans la pièce de vie principale, a été réalisée avec des vérins de voiture. Des gouttières en zinc encadrent les dossiers du canapé, permettant de poser des objets.

Partagez cet article sur vos réseaux :