D’un passage à l’autre

Le 4 décembre 2017

Rêves d’Intérieurs – Edition 2017

Textes : Valérie Samouel

Le passage Pommeraye est né de la volonté d’un homme. Le quartier est alors insalubre. Pommeraye et son associé Guilloux achètent les terrains environnants et neuf immeubles pour créer une galerie surmontée d’habitations sur un terrain dénivelé de 9,40 mètres. Prouesse architecturale mais aussi gouffre financier et turbulences juridiques caractérisent ce chantier.

Le passage est inauguré en juin 1843 après trois ans de travaux. La bourgeoisie nantaise s’entiche du lieu qui rivalise avec les passages parisiens du XVIIIème siècle.

La crise économique de 1848 et les dépenses engagées apportent la faillite du passage et la ruine de Louis Pommeraye. Le passage a survécu, connu des heures prospères et d’autres moins, des restaurations plus ou moins réussies. Il a toujours conservé son rôle identitaire pour les Nantais. Nombreux sont les artistes qui s’en sont inspirés, tel l’enfant du pays, Jacques Demy. Aujourd’hui, une nouvelle page de son histoire s’écrit, avec l’ouverture d’un nouveau passage qui vient se raccorder à l’ancien.

Parquets et pose des marches : Le Parqueteur Vendéen à La Chaize-le-Vicomte

Architectes : Platform architectures Reichen et Robert à Paris

Partagez cet article sur vos réseaux :